La Dame d'Abou Simbel : Ramses [Tome 4]

  • Mercredi 28 juin 2017, Bonne fête aux « Irénée »
  • Recherche :

La Dame d'Abou Simbel : Ramsès [Tome 4]

Titre original : La Dame d'Abou Simbel

Œuvre et volume : Ramsès - Tome 4/5

Année de parution : 1996    (ISBN 2-221-08156-0)

Edition : Éditions Robert Laffont   Paris

Commentaires reçus : 11 Déposez votre commentaire

Note moyenne reçue : 3

Extrait : Cliquez ici pour consulter l'extrait


Résumé :

Malgré le choc gigantesque de la bataille de Kadesh, Ramsès n'a pas réussi à faire plier la redoutable puissance hittite : plutôt que de poursuivre la lutte, l'idée lui vient, en fin de stratège, de s'engager sur la voie de la négociation...

Mais dans la vie de Ramsès il y a aussi, au-delà de la guerre, l'amour qu'il porte à la grande épouse royale. En hommage passionné, le pharaon décide d'offrir à Néfertari le plus fabuleux des cadeaux : à Abou Simbel, deux temples seront édifiés, symboles de leur amour éternel.

Les ombres s'accumulent cependant, de la Nubie à l'entourage du souverain. Et surtout, voici que dans sa propre capitale, Pharaon doit affronter Moïse, l'ami d'enfance perdu depuis tant d'années, Moïse qui revient en Égypte pour exiger l'exode du peuple Hébreu. Un nouveau duel s'engage, obstiné.

Face à ces dangers, la vigilance des fidèles du pharaon et la magie de Néfertari, la dame d'Abou Simbel, suffiront-elles à protéger le Fils de la lumière ?

Commentaires sur l'ouvrage (11) :

Quatrième volume décevant avec rien de bien nouveau, un contexte historique douteux sur fond permanent de magie, avec notamment la mise en scène du départ des hébreux conduits par Moïse, et une intrigue qui se dénoue dans le plus complet désintérêt. C'est pour moi le volume de trop. Heureusement Néfertiti et Chénar, le frère comploteur du pharaon, morts tous les deux, je peux m'arrêter là avec l'impression d'une fin, et me dispenser de la lecture du cinquième et dernier volume.
N°11 - Déposé par Drych le 12/06/2017
Avant dernier tome de la saga Ramsès. Nous voyageons cette fois-ci à l'époque où Pharaon est à son apogée : dans la force de l'âge, une superbe femme, de beaux enfants, la paix et la prospérité pour son peuple. C'est presque trop facile et finalement sans yrop de rebondissements. Mais l'auteur a un talent de conteur sans égal qui nous transporte dans cette Égypte majestueuse.

Toutefois je pense que cinq tomes est le maximum avant de s'ennuyer. Mais je vous dirai ça quand je l'aurais lu.
N°10 - Déposé par griboouille le 15/01/2017
Hélas, mes craintes en refermant le volume 3 de Ramsès se confirment au bout de 120 pages du volume 4 : le récit manque de rythme ; trop linéaire, trop lent... pourtant les liens entre les personnages s'affinent, notamment le rapport entre Nertari et Ramsès ; et l'histoire de Moïse, un autre grand mythe , aurait dû suffire à renouveler l'histoire... mais les mêmes méchants qui s'agitent dans l'ombre; une mise en place de début sur 50 pages là où 5 auraient suffi... non, décidément, pour moi, Christian Jacq est un bon romancier (ce roman là mérite tout autant que son prédécesseur 3 étoiles), mais n'a pas l'art des meilleurs auteurs de sagas littéraires. A réserver donc en ce qui me concerne pour des "one shot".
N°9 - Déposé par candlemas le 18/10/2016
La Dame d'Abou Simbel est le quatrième livre de la série de Ramsès, une série qui compte cinq œuvres. On se trouve de nouveau dans l'Egypte de Ramsès, mais, cette fois, aussi dans une Égypte de Moïse et son peuple hébreu. Le thème de ce quatrième livre est toujours la vie de Ramsès. Le pharaon administre son pays, il bâtit plus de temples et il fait la politique internationale avec les Hittites. Tout comme dans les trois livres précédents.

Or, cette fois, on a aussi le caractère de Moïse qui commence à préparer son peuple au départ d'Egypte. Donc, on s'attend à une intrigue potentiellement captivante. Tous les autres personnages sont les mêmes comme dans les livres précédents: le grand pharaon sage, sa belle femme sage, sa mère sage, ses amis doués, ses servants loyaux, ses animaux domestiques sages, ses ennemis maladroits, enfin, c'est du déjà-vu. Le style d'écriture est simple et le texte est très accessible.

Hélas, malgré cette intrigue potentiellement prenante, le livre présente une histoire peu excitante. Tous les caractères sont minces comme du papier à cigarettes. Chaque caractère est soit bon, soit mauvais, il n'y a pas des degrés. C'est plutôt gênant ; on est pour Ramsès donc on est bon, belle, doué, fort ou quelque chose d'autre positive ou on est contre Ramsès et donc totalement mauvais, méchant et sans aucun talent. De plus, l'histoire n'offre aucun développement de caractères ; ils n'apprennent rien en faisant les mêmes erreurs (sauf le pharaon et ses amis, évidemment). Je crois qu'il y a un seul moment dans le livre quand une bonne âme devient presque méchante, mais non, heureusement rien ne se passe pas.

Donc, une histoire prévisible ; le grand pharaon devient plus grand, les gens mauvais restent mauvais et les miracles apparaissent quand on en a besoin. L'histoire est comme un petit ruisseau, les événements vont et viennent, il y a peu de tension. Même si une menace se présente et on risque un peu de tension, une page plus tard la situation est calme à nouveau. Grâce au grand pharaon ou à sa belle femme sage qui a fait un miracle, rien, absolument rien ne se passe pas. Le lecteur n'apprend pas non plus quelque chose de nouveau sur la vie et la civilisation pharaonique. La signification historique de cette œuvre est nulle, contrairement au livre précédent (La bataille de Kadesh).

L'auteur n'épargnait même pas le caractère de Moïs et les dix fléaux de son dieu unique. Selon moi, il a réussi aussi à réduire cet élément prometteur à rien. La seule chose intéressante : Moïse serait un despote qui force son peuple au départ d'Égypte contre leur volonté. Voilà, l'auteur a présenté l'histoire de Moïs et son peuple dans une perspective historique différente ! Un thème potentiellement intéressant. C'est une chose logique de présenter l'histoire de la fuite comme ça, car, évidemment, Ramsès le pharaon est trop grand pour que l'esclavage puisse exister dans sa civilisation. Malheureusement, l'auteur ne développe pas du tout cette intrigue dans le livre, il ne fait rien d'intéressant avec les dix fléaux. C'est une chose que je trouve vraiment décevante.

Pour conclure, pour moi ce livre est une déception ennuyeuse. Les caractères sont vraiment superficiels. Les événements sont prévisibles et n'attirent pas l'attention du lecteur. Après avoir lu les livres précédents de cette série, on n'apprend pas non plus quelque chose de nouvelle sur la civilisation pharaonique. Heureusement, il ne me reste plus qu'un dernier livre pour finir cette série.
N°8 - Déposé par Nebulas le 20/07/2015
Tome 4 que faire pour éviter la guerre avec les voisins !! Un mariage !! Tout au long du tome moise devient le prophète !!! Ramsès doit oublie son ami au profit de son pouvoir de pharaon
N°7 - Déposé par chriscool59200 le 31/03/2015
Ce que j'en pense: Ce tome est une suite directe du tome 3. Dans cet opus, le côté politique est moins exploité pour s'orienter un peu plus vers le complot. L'intrigue suit donc tranquillement son cours.

Les personnages sont les mêmes que dans les précédents tomes. On ne découvre d'ailleurs rien d'intéressant sur leurs personnalités. Il faut noter dans ce tome le retour de Moïse qui est le seul protagoniste à donner un peu de relief à l'histoire.

J'ai trouvé cet opus agaçant et répétitif. Le style qui me plaisait au départ m'ennuie désormais profondément. Je me suis donc véritablement ennuyée à la lecture de ce roman. Je n'ai eu aucune surprise. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de lourdeurs et de tournures pompeuses. Je n'arrive pas bien à savoir ce qui m'a déplu... J'avais pourtant apprécié la lecture des trois premiers tomes? Peut être me suis- je seulement lassée de ce style qui s'avère finalement sans réel relief. En effet, ce qui faisait au départ la force de l'auteur en fait également son talon d'Achille. Je ne sais pas si je lirai le tome 5... En tout cas, si je ne le lis pas de suite, j'attendrai un moment avant de réouvrir un Christian Jacq.

Bref: Long et ennuyeux.
N°6 - Déposé par Aufildesplumes le 11/02/2015
On va croire au vu de mon acharnement à dire du mal de cette série que Christian Jacq est un ennemi de ma famille. Et bien non, mes parents en sont fans comme les milliers de lecteurs qui ont aimé cette biographie romancée de Ramsès II. Malgré l'engouement général, cette saga reste pour moi une grande déception proportionnelle a l'attente générée par le concert de louanges entendu à sont sujet. Pourtant le livre démarre bien, avec un style d'une sobriété étonnante quand on a lu les autres, mais très vite on retombe dans la facilité, voir le ridicule, avec des épisodes qui semblent la uniquement pour combler le vide de l'intrigue. Comme cet éléphant qui sauve le pharaon des crocodiles ou ces prières adressées a une divinité qui permet de faire souffler le vent pour échapper a un troupeau d'hippopotames belliqueux...et que dire de la mort de la reine Néfertari dans son temple à Abou Simbel justement le jour de son inauguration. Rien n'est crédible dans ce roman, le pire de la série, qui réécrit sur la fin et de façon maladroite le scénario des dix commandements, ramenant les plaies d'Égypte à des tours de magie sans envergure tandis que triomphe les miracles du pharaon. Cette saga est à la littérature ce que sont au cinéma hollywoodien les mauvais péplum italiens, de la consommation courante. Pour conclure, on peut dire que Christian Jacq a réussi à inventer le kitch littéraire et même si je dois subir la foudre du dieu Séthi ou des nombreux fans de l'écrivain, je propose que cette série soit momifiée et oubliée pour l'éternité.
N°5 - Déposé par tiptop92 le 30/12/2014
Dans cet avant dernier tome, nous voici au crépuscule de la vie de Néfertari, après avoir conclu un accord avec les Hittites, Ramsès entreprend de faire construire deux temples à Abou Simbel afin de célébrer l'amour du couple royal.

C'est aussi l'Exode des Hébreu mené par Moïse, ami d'enfance de Ramsès avec qui il fut très proche, le peuple Hébreu se soulève, et Moïse affronte Ramsès.

Récit qui coule de source, l'écriture de Christian Jacq est fascinante, agréable, et fluide.
N°4 - Déposé par Zinzinette le 18/03/2014
Dans ce quatrième tome, Ramsès doit cette fois faire face à un problème plus important encore que la menace hittite, peuple avec lequel il a pu,comme son père l'avait fait jadis, conclure un accord de paix. Cette fois-ci, c'est tout le peuple hébreux qui se soulève et à sa tête, son ami d'enfance, celui avec lequel il a tout partagé, qui a été comme un frère pour lui et avec lequel il a été élevé, Moïse. Aussi, Ramsès saura-t-il être à la hauteur à la fois de son statut de Pharaon, tête sur laquelle l'Egypte entière se repose et être fidèle à ce que son coeur lui dicte ?

Éperdu d'amour pour la grande épouse royale, sa femme, Néfertari, Ramsès entreprend également la construction des plus beaux temples que l'Egypte ait connu et connaît encore, ceux érigés à Abou-Simbel, un cadeau pour sa femme certes mais également consacré aux dieux et prouvant une fois de plus la Toute-Puissance de l'Egypte.

Un ouvrage mêlant à la fois mythe, histoire et fiction et le tout organisé sur la base d'une sorte d'enquête policière puisque n'oublions pas que des opposants au régimes complotent toujours dans l'ombre de Ramsès afin de le nuire, ce qui rend le récit encore plus intrigant et passionnant. Un Christian Jacq comme je les aime !
N°3 - Déposé par cicou45 le 22/09/2012
Dans ce 4ème tome, on découvre d'autres aspects de l'Egypte...quel plaisir de retrouvé ces personnages...on en redemande..... sans perdre de vue que c est une tranche d'histoire romancée et idealisée mais geniale quand meme...
N°2 - Déposé par Ellioth le 13/01/2012
Dans les tomes précédents, je trouvais que Christian Jacq inclinait toujours son récit sur un thème particulier : l'amour et les affaires de Cour dans le premier, les stratégies politiques dans le deuxième et les batailles dans le troisième. Ce quatrième tome se démarque des autres. Tous les thèmes y sont représentés de façon assez égalitaire pour une fois. Mais s'il ne fallait en choisir qu'un, c'est pour la religion que j'opterai.

Cela faisait plus d'un an que j'avais mis en pause cette fabuleuse saga. J'avais donc peur en ouvrant ce quatrième tome d'être un peu perdu et de ne plus savoir qui ou que fait tel personnage. Et pourtant après quelques pages, tout m'est revenu. Et la lecture a été très fluide, comme si je remontais lentement le Nil ;).

J'ai vraiment été ravie de replonger dans ce monde fantastique de l'Egypte antique à l'époque de la XVIIIème dynastie. J'ai particulièrement apprécié de découvrir l'évolution des enfants de Pharaon. Je n'y peux rien les histoires de famille, c'est ce que je préfère !

La plume de Christian Jacq est divine. On lui reproche souvent d'être répétitif mais pour l'instant, je n'ai pas cette impression. Je savoure son style mélangeant à merveille descriptions grandioses et dialogues.
N°1 - Déposé par Iluze le 20/08/2010

Déposer un nouveau commentaire :

Nom : E-mail : (ne s'affichera pas sur le site internet)

  • (Cliquez sur une étoile pour noter l'ouvrage)