L'Epee flamboyante : La Reine Liberte [Tome 3]

  • Mercredi 26 avril 2017, Bonne fête aux « Alida »

L'Épée flamboyante : La Reine Liberté [Tome 3]

L'Épée flamboyante

Autre couverture 1 , Autre couverture 2


Titre original : L'Épée flamboyante

Oeuvre et volume : La Reine Liberté - Tome 3/3

Année de parution : 2002    (ISBN 9782845630260)

Edition : XO éditions   Paris


Résumé :

L'Empire va-t-il renaître de ses cendres ?

Au Nord, les barbares Hyksos règnent toujours avec une brutalité maintenant décuplée, alors que, petit à petit, la reine Ahotep a reconquis une grande partie du Sud, au terrible prix de la vie de ceux qu'elle aime : son mari d'abord, tué au combat dans des circonstances douteuses ; puis son fils aîné Kamès, empoisonné, lui, dans des conditions tout aussi mystérieuses...

Ahotep sait qu'un traître vit parmi eux, mais elle n'a ni le temps ni les moyens de chercher à l'identifier, car l'urgence est de défendre Thèbes, le coeur de la résistance égyptienne, que les Hyksos ont décidé de s'approprier. Après avoir fait couronner pharaon son second fils, Amosé, elle réorganise son armée pour la rendre plus puissante en s'emparant de chevaux hyksos et en copiant leurs chars, tout en obtenant, après une folle équipée, l'appui considérable de la Crète !

Chez les Hyksos, l'ambiance se dégrade. L'empereur Apophis a vieilli et la folie le gagne. Son grand trésorier et plus fidèle ami Khamoudi en profite pour faire assassiner le chef des armées avant de prendre lui-même le pouvoir, juste au moment où Ahotep et ses troupes attaquent la capitale.

Est-ce enfin la libération de l'Égypte ? Cela semble possible, à condition que la reine ne soit pas, à son tour, trahie...



Mot de l'auteur / Interview :

La Reine Liberté nous raconte l'incroyable destin d'une jeune fille qui a décidé de sauver l'Egypte à une période dramatique de son histoire, une Egypte ployant sous le joug d'envahisseurs particulièrement cruels...

Christian Jacq : En effet, au XVIIIe siècle avant Jésus-Christ, l'Egypte pharaonique a subi la première invasion de sa longue existence. Les envahisseurs en question sont les Hyksos – en égyptien ancien, les hekaou khasout, » chefs des pays étrangers « . Il s'agit d'une puissante coalition venant des régions de l'Est, formée de nombreuses peuplades, parmi lesquelles des Cananéens, des Anatoliens, des Chypriotes, des Asiatiques, des Caucasiens, entre autres...


Et les Egyptiens n'ont pas été capables de résister ?

Ch. J. : D'abord, c'était la première vague d'invasions qui déferlait sur le pays, et les Egyptiens ne s'y attendaient pas. Ensuite, la riche civilisation pharaonique n'avait pas développé d'aspect militaire et ne disposait que d'une armée modeste, laquelle n'avait pas installé de fortifications dans le couloir syro-palestinien. Enfin, les Hyksos étaient largement supérieurs en nombre et détenaient une arme nouvelle et terrifiante : des chars de guerre attelés à des chevaux – jusqu'alors inconnus en Egypte ! Deux chevaux tiraient ces chars en bois sur lesquels se tenaient quatre soldats, l'un dirigeant l'attelage, les autres armés d'arcs et de lances à pointe de bronze. Tout cela explique que, lors du déferlement hyksos, l'armée égyptienne fut aisément balayée.


Au début de votre roman, alors que l'Egypte est déjà exsangue après une longue d'occupation, une seule ville a réussi à échapper au pouvoir hyksos : Thèbes. Et c'est là que nous rencontrons Ahotep...

Ch. J. : Ahotep est une jeune princesse qui vit dans cette petite cité agonisante du sud de l'Egypte, Thèbes, dite aussi Ouaset, » La Puissance (divine) « . Sa mère, Téti la Petite, devenue reine à la mort de son époux (le dernier pharaon régnant à Thèbes avant l'occupation), préserve un semblant d'indépendance en tentant de se faire oublier... Mais Ahotep porte un nom prédestiné : Iâh-hotep – Iâh désignant le dieu Lune (nom masculin en égyptien), un dieu parfois agressif ; et hotep signifiant » paix, plénitude, accomplissement « , l'ensemble pouvant se traduire par » Que le dieu Lune soit accompli « , ou bien » Guerre et paix « . En lui donnant ce nom, sa mère lui offrait un redoutable programme de vie : pour que l'Egypte soit à nouveau libre et connaisse la paix, il fallait passer par la guerre.
Ahotep fut la femme qui a dit non ; non à la barbarie, non à l'occupation, non à la destruction programmée de son pays et de son peuple. Passionnée, courageuse, ne cédant jamais au désespoir, désireuse de préserver les valeurs qui avaient créé l'Egypte ancienne, elle n'hésita pas à entamer un long combat qui paraissait perdu d'avance.


Mais Ahotep a besoin d'aide, et va en trouver autour d'elle. En premier lieu, un jeune homme, Séqen, qui est venu de la campagne pour apprendre à se battre. A eux deux, ils commencent à organiser une vraie base de résistance...

Ch. J. : Ahotep va rapidement épouser Séqen, qui devient pharaon sous le nom de Séqen-en-Râ, » le Vaillant de la lumière divine « . Et ensemble, ils fondent en effet une base secrète au nord de Thèbes, dont on a d'ailleurs retrouvé les traces. Leur premier obstacle, ce sont les collaborateurs thébains qui espèrent, eux, l'arrivée des Hyksos. Le couple doit donc organiser un véritable réseau de résistance et souder la population.
Ensuite, ils recrutent des volontaires et forment une solide petite armée, qui n'hésitera pas à entreprendre une guerre de libération. Bien entendu, il fallait oeuvrer dans le secret afin de ne pas attirer l'attention des Hyksos, et rendre la base militaire » opérationnelle » fut un travail de longue haleine.


Dans le même temps, à Avaris, la capitale des Hyksos, l'anéantissement de la splendeur égyptienne bat son plein : ordre est donné de détruire les monuments, la population est asservie, les récalcitrants sont envoyés dans des camps. Même s'il s'agit d'un roman, est-ce que cette tragédie a vraiment existé ?

Ch. J. : Cette tragédie a malheureusement eu lieu, comme le prouve le dossier archéologique et certains textes, dont celui de l'historien Manéthon. Les Hyksos, qui gouvernent sans la déesse Maât, » la rectitude fille de la lumière « , imposent une dictature militaire et économique, avec l'intention évidente de détruire la civilisation égyptienne. Avaris est avant tout une citadelle et la caste dominante est celle des militaires.
L'empereur, Apophis, porte le nom du serpent maléfique dont le but est de supprimer toute forme de vie en buvant l'eau du Nil et de transformer les Deux Terres en désert. Ce seul nom du chef des Hyksos était, pour les Egyptiens, aussi abominable qu'effrayant ! Ainsi, l'occupation fut effectivement très dure et le camp de concentration de Sharouhen exista bel et bien.


Ahotep et Séqen vont avoir deux enfants, Kamès et Amosé, qui deviendront tous deux pharaons après la mort terrible de leur père...

Ch. J. : Séqen fut le premier pharaon à entreprendre une lutte directe contre les Hyksos. Il fut malheureusement tué au combat, et certains indices font penser à une trahison. Les soldats égyptiens réussirent cependant à ramener son corps à Thèbes, et Séqen fut rituellement momifié. Néanmoins, Ahotep exigea que les momificateurs laissent apparentes les terribles blessures à la tête. Et l'on peut voir cette momie au musée du Caire, où elle est exposée en compagnie de celles de Séthi Ier et de Ramsès II.


Qui peut alors reprendre le rôle de Séqen ?

Ch. J. : Kamès, le fils aîné, était encore trop jeune pour régner et commander l'armée. C'est Ahotep qui reprit le flambeau, en devenant régente. Elle aurait pu, certes, devenir pharaon, mais elle ne le voulut pas, préférant préparer son fils à cette tâche.
Le pharaon Kamès nous a laissé deux stèles dont les textes, d'une grande importance historique, nous offrent quantité de détails sur ses exploits.


Ahotep est vraiment un personnage extraordinaire, fascinant, et cela paraît incroyable qu'elle ait été si longtemps ignorée... Comment en avez-vous retrouvé la trace ?

Ch. J. : Voilà bien longtemps que je m'insurgeais contre la maigre reconnaissance que les égyptologues témoignaient à Ahotep ! Elle est, certes, citée dans les principaux manuels, mais en passant et sans souligner l'importance de son rôle. J'ai donc rassemblé un maximum de documents concernant cette époque afin de mieux comprendre ce qui s'était passé. Le simple fait qu'Ahotep soit la seule reine de toute l'histoire de l'Egypte à recevoir une décoration militaire prouve le caractère déterminant de son action – à la fin de ce premier volume de La Reine Liberté, je donne une bibliographie qui fut ma base de travail.
Dans un texte heureusement conservé, Amosé dit à son propos : «Celle qui a accompli les rites et pris soin de l'Egypte. Elle a veillé sur ses troupes et les a protégées. Elle a ramené les fugitifs et rassemblé les déserteurs. Elle a pacifié la Haute-Egypte et chassé les rebelles.»
Je voudrais ajouter que je suis heureux d'avoir, en quelque sorte, ressuscité cette Reine qui sut défendre et affirmer la valeur fondamentale de Liberté... Elle demeura, d'ailleurs, un modèle pour les reines du Nouvel Empire qui, pour la plupart, jouèrent un rôle essentiel dans le gouvernement de l'Egypte.



La presse en parle :

« Un nouveau et merveilleux roman. Palpitant ! » France-Dimanche
« Ce charme, c'est toute la griffe de Christian Jacq, une subtile alchimie de réalisme, de vérité, de lyrisme, d'onirisme et surtout, d'une immense tendresse pour cette civilisation égyptienne à laquelle il a consacré sa vie. » Le Rouergat

Soyez le premier à déposer un commentaire sur cet ouvrage :

Nom : E-mail : (ne s'affichera pas sur le site internet)