Meurtre au British Museum : Les Dossiers de Scotland Yard

  • Mercredi 19 décembre 2018, Bonne fête aux « Urbain »
  • Recherche :

Meurtre au British Museum : Les Dossiers de Scotland Yard

Titre original : Meurtre au British Museum

Œuvre et volume : Les Dossiers de Scotland Yard

Ecrit sous le pseudonyme de : J. B. Livingstone

Année de parution : 1984    (ISBN 2-268-00310-8)

Edition : Éditions du Rocher   Monaco

Commentaires reçus : 3 Déposez votre commentaire

Note moyenne reçue : 4


Résumé :

L'assassinat de Frances Mortimer passait déjà pour le crime le plus mystérieux du siècle.

Les journaux, en raison de la présence plus qu'insolite d'une momie martyrisée aux côtés du cadavre, évoquaient un meurtre rituel. On reparlait de la vengeance des pharaons. La beauté de la victime, la très séduisante Mme Mortimer, ne faisait qu'ajouter à l'émotion suscitée par ce crime odieux...

Mais quelle explication donner à cette étrange et macabre mise en scène ? Quel esprit dément avait poussé la cruauté jusque-là ?

Commentaires sur l'ouvrage (3) :

Cette enquête de l'inspecteur Higgins est un petit clin d'oeil à l'auteur car elle se passe au British Museum, dans le département d'égyptologie, et il se trouve que l'auteur, Christian Jacq, est surtout connu pour ses romans portant sur l'Egypte.

Cette série a d'abord été publiée dans les années 80 sous le pseudonyme de J.B. Livingstone et vient d'être rééditée plus récemment sous son vrai nom.

Les romans réédités ont été retravaillés et se passent désormais à notre époque, alors que les romans d'origine se situent plus tôt, la gouvernante de l'inspecteur Higgins ayant par exemple survécu aux deux guerres mondiales et est âgée de 70 ans.

Les romans d'origine ont un coté suranné, on n'y trouve pas de technologie, l'inspecteur ayant horreur de toute forme de modernité, il n'a autorisé son intendante a avoir un téléphone qu'à la condition qu'il soit dans la cuisine !

Dans ce volume, la femme d'un éminent professeur d'égyptologie est assassinée alors qu'elle se trouvait au musée pour récupérer un dossier pour son mari.

Tous les protagonistes sont suspects dès le départ et l'inspecteur va devoir les interroger à de nombreuses reprises pour trouver des failles et détecter les mensonges et les omissions de chacun.

Des romans sans beaucoup de violence et avec la déduction comme unique moyen de résoudre des crimes. Dépaysant et reposant.
N°3 - Déposé par LePamplemousse le 28/07/2018
Qui est ce J. B. Livingstone me direz-vous, (en tout cas les lecteurs les moins avertis). En fait il s'agit de l'un des pseudonymes de Christian Jacq célèbre auteur égyptologue que l'on ne présente plus.

Dans cette collections qui compte environ une trentaine de titres ( dont certains sont actuellement réédités sous le vrai nom de l'auteur) l'auteur nous présente des enquêtes policières ayant pour personnage principal l'ex chef-inspecteur à la retraite Higgins.

Ces enquêtes se déroulent principalement en Angleterre, et cet ex inspecteur vient prêter main forte au super-intendant Marlow de Scotland-Yard .

Je suis tombé sous le charme de ce personnage qui a quitté ses fonctions pour prendre une retraite méritée car il était fatigué de la ville , de ses turpitudes et ses bruits . Il préfère s'occuper de son chat siamois : Trafalgar et de ses roses.

Ce personnage, qui semble vivre hors du temps et déteste le modernisme, m'a très vite fait pensé à une Miss Marple ou à un Columbo.

Il mène son enquête sans en avoir l'air pose des questions n'ayant rien avoir avec le meurtre, part d'un côté pour mieux revenir de l'autre...

Dans cette enquête, l'auteur nous présente un meurtre horrible par sa mise en scène et assez mystérieux .

Nous allons côtoyer la haute société londonienne et son hypocrisie, des trafiquants d'œuvres d'art, des domestiques pas très honnêtes.

L'enquête est menée tranquillement par Higgins; si vous recherchez des poursuite échevelées, des coups de feux dans tous les coins ce n'est pas le roman qu'il vous faut.

Mais si vous aimez les rebondissements, les fausses pistes,si vous aimez tenter de trouver la solution et qu'en fait il se trouve que c'est une toute autre fin qui vous est livrée, alors allez-y vous passerez un très bon moment de lecture, avec des personnages hauts en couleur, Higgins en tête . Le style est fluide et directe, il n'y a pas de descriptions superflues.

Je pense que ce personnage va devenir récurrent dans mes critiques, car j'ai beaucoup aimé cette première enquête.
N°2 - Déposé par Charlye le 17/01/2012
Classique en diable, cette enquête policière est signée Christian Jacq, l'auteur adoré des pharaons de l'Egypte ancienne, l'égyptologue-romancier aux 27 millions de livres vendus dans le monde. [...] Il s'agit d'enquêtes sous forme de « who done it ? », dans la pure tradition d'Agatha Christie.
N°1 - Déposé par LeSoir le 16/09/2011

Déposer un nouveau commentaire :

Nom : E-mail : (ne s'affichera pas sur le site internet)

  • (Cliquez sur une étoile pour noter l'ouvrage)