Le crime du Sphinx : Les Enquetes de l'inspecteur Higgins [Tome 18]

  • Mercredi 18 octobre 2017, Bonne fête aux « Luc »
  • Recherche :

Le crime du Sphinx : Les Enquêtes de l'inspecteur Higgins [Tome 18]

Le crime du Sphinx

Titre original : Le crime du Sphinx

Œuvre et volume : Les Enquêtes de l'inspecteur Higgins - Tome 18/26

Année de parution : 2016    (ISBN 9782845639096)

Edition : J. Éditions   Paris

Commentaires reçus : 4 Déposez votre commentaire

Note moyenne reçue : 2.67

Où acheter cet ouvrage : Les enquêtes de l'inspecteur Higgins - tome 18 Le crime du sphinx (18)


Résumé :

Le sphinx, un pistolet utilisé lors d’un hypothétique crime passionnel. Le sphinx, une arme maniée lors de la reconstitution du drame par le présumé coupable : un richissime industriel qui ne cesse de proclamer son innocence et qui finira bien par la prouver. sauf que cette reconstitution se termine par… un meurtre ! Jamais Scotland Yard n’a été confronté à une telle situation, et à deux crimes parfaits, puisque le présumé coupable du premier meurtre a forcément été manipulé pour commettre le second et ne peut donc être considéré comme responsable. Au bord du gouffre, le superintendant Marlow voit sa carrière brisée. À moins que Higgins, au nom de l’amitié, ne parvienne à élucider l’énigme.

Commentaires sur l'ouvrage (4) :

Tranquillement retraité dans son refuge des « Slaughterers », Higgins, l'ex-inspecteur chef de Scotland Yard, savoure le calme de sa campagne anglaise et la bonne cuisine de Mary, sa gouvernante inoxydable. Geb le chien goûte les balades tandis que Trafalgar, le siamois imperturbable et gourmand attend, bien à l'abri, son maître parti en vadrouille.
Loin de ce calme bucolique, à Londres, le Superintendant Marlow se voit déjà révoqué de la police, lui, le policier intègre et opiniâtre, qui a consacré sa vie à combattre le crime au service de Sa Majesté. Sous ses ordres et sous ses yeux, un policier de la scientifique vient d'être assassiné, par le suspect numéro 1 d'un autre crime, lors de sa reconstitution…
Cette sordide histoire pourrait bien sonner le glas d'une carrière exemplaire, à moins que Higgins, son meilleur ami et infatigable chasseur de criminels, ne lui vienne en aide, une fois encore.
Comme à son habitude, Christian Jacq joue avec ses lecteurs et les codes du roman policier, les faux innocents, les pistes multiples, le parfait coupable, les évidences trompeuses et les retournements de situations. Il se fond dans la personnalité de son héros, Higgins, pour jouer avec les acteurs de cette enquête et démasquer le(s) véritable(s) assassin(s).
Ceux qui le connaissent et apprécient sa manière d'écrire, se régaleront des chausse-trappes qu'il glisse dans son récit autant pour les lecteurs que pour les personnages. Et les autres, amateurs de policiers et d'humour, feront connaissance de l'imperturbable ex-inspecteur chef à la moustache grisonnante et de son bouillant collègue, amateurs l'un comme l'autre de bonne chère et whisky pur malt.
N°4 - Déposé par Domichel le 02/05/2017
Je connais "bien" Christian Jacq pour ses romans sur l'Egypte. Je n'en n'ai jamais lu mais les critiques semblaient le décrire comme un bon auteur connaissant son sujet.

Donc en choisissant ce roman j'avais 2 désirs : combler mes lacunes sur cet auteur et voir ce qu'il pouvait donner dans le genre policier. J'avais quand même une petite appréhension quant au fait qu'il s'agisse d'une saga et "le crime du sphinx" n'est pas le premier.

Bref, j'attendais beaucoup de ce roman. Peut-être trop. J'ai été très déçue. Le style est plat, tout comme les personnages et l'intrigue. Je n'ai pas réussi à entrer dans le roman et l'auteur ne nous y aide pas. Nous n'avons aucun indice, aucune piste qui pourrait nous permettre de trouver la solution. On avance avec les personnages, au gré de leurs repas gastronomiques, sans connaitre le meurtrier, ou même pouvoir émettre des hypothèses.

Le crime se veut être un crime parfait. Il aurait pu l'être s'il y avait eu du suspens, de l'angoisse, de l'empathie pour un des personnages mais on passe de l'un à l'autre sans entrer vraiment dans le vif du sujet.

Est-ce parce Higgins, l'enquêteur, est un personnage qui s'est forgé tout le long des précédents romans ? Sans doute.

Quoiqu'il en soit, pour une lectrice comme moi qui débute la saga au milieu, je n'ai pas accroché.

Par contre, l'histoire est tout à fait compréhensible, donc de ce côté pas de soucis.
N°3 - Déposé par sofy4 le 06/07/2015
J'ai lu beaucoup d'ouvrages de Christian Jacq et les ai particulièrement aimé, je n'ai pas été convaincu par celui-ci.
Surtout pour lire un autre genre de récit de cet auteur que j'aime beaucoup.
Cependant, je n'ai pas accroché. Pas du tout. Peut-être la faute au titre qui m'a mis sur une mauvaise piste.... je m'attendais sans doute trop à retrouver une certaine ambiance égyptienne que je n'ai bien sûr pas retrouvé.
Si l'enquête ne fut pas déplaisante, je dois admettre qu'elle est assez clichée des livres du genre et je ne suis pas certaine qu'elle leur rende vraiment hommage, hélas.
N°2 - Déposé par Earane_Berengere le 04/07/2015
Higgins a fort à faire pour à la fois remotiver le superintendant Marlow et sauver sa carrière. Adepte des vieilles méthodes, Higgins est un enquêteur pointilleux et organisé dont les déductions ne s'arrêtent pas aux résultats scientifiques. Et il va avoir besoin de toute son efficacité pour démêler les fils de cette énigme si parfaitement réalisée. Scotland Yard ne lui a accordé que peu de temps pour résoudre cette enquête. Les deux enquêteurs plongent au coeur d'une machination animée par la rancune. Pour Damien Jitrow, toujours accusé du premier meurtre, les problèmes ne font que commencer.
Les personnages développés par Christian Jacq sont travaillés et Higgins comme Marlow correspondent à l'idée qu'on a des inspecteurs charismatiques de Scotland Yard. le personnage d'Higgins est passionnant. Il travaille à l'ancienne. Il réfléchit, observe, écoute. Sa manière de tout noter et de relever chaque incohérence et curiosité l'amène à avoir une vision globale de la scène de crime et des implications de chaque protagoniste. L'enquêteur n'hésite pas à poser des questions et revenir sur des lieux déjà étudiés. A la manière d'un polar avec Hercule Poirot, on suit l'enquête avec fébrilité en tentant de découvrir toutes les ramifications au fur et à mesure voire en tentant de les anticiper au regard des découvertes notées par l'ex-inspecteur. C'est un vrai plaisir de plonger dans une enquête policière loin de l'ambiance des « Experts » où tout repose sur la technologie de pointe à la disposition des analystes.
Christian Jacq signe un polar bien construit et parfaitement ficelé centré sur l'enquête. Rythmé, le roman est un délice. Les déductions et prises de notes de Higgins sont autant de sources de connaissances et d'indices pour le lecteur qui cherche à résoudre de l'intrigue en même temps que lui. Ainsi il remonte chaque piste où parfois seule sa perspicacité sera suffisante. Balayant toute précipitation, l'inspecteur entraine le lecteur dans une direction puis dans une autre jusqu'à trouver ce qu'il cherche.
Le crime du Sphinx est un roman policier classique parfaitement maitrisé. Une enquête efficace et précise qui vous emporte.
N°1 - Déposé par Ender09 le 29/06/2015

Déposer un nouveau commentaire :

Nom : E-mail : (ne s'affichera pas sur le site internet)

  • (Cliquez sur une étoile pour noter l'ouvrage)