Le Crime de Confucius : Les Enquetes de l'inspecteur Higgins [Tome 10]

  • Dimanche 23 juillet 2017, Bonne fête aux « Brigitte »
  • Recherche :

Le Crime de Confucius : Les Enquêtes de l'inspecteur Higgins [Tome 10]

Titre original : Le Crime de Confucius

Œuvre et volume : Les Enquêtes de l'inspecteur Higgins - Tome 10/24

Année de parution : 2013    (ISBN 9791090278448)

Edition : J. Éditions   Paris

Information complémentaires : inédit

Commentaires reçus : 5 Déposez votre commentaire

Note moyenne reçue : 4.67

Où acheter cet ouvrage : Les enquêtes de l'inspecteur Higgins - tome 10 Le crime de Confucius (10)


Résumé :

Destiné à promouvoir la pensée, la science et la culture chinoises, un nouvel Institut Confucius vient de s'implanter à Greenwich. Vu la qualité de ses membres, il semble promis à un bel avenir.

Mais le jeune sinologue britannique, à l'origine du projet, est découvert, au milieu de la nuit, en train de déplacer le cadavre d'un physicien de l'Institut. Flagrant délit et accusation de meurtre !

Alors que se dessine une affaire d'état, Higgins, utilisant ses souvenirs de Chine, doit affronter les membres de l'Institut, démontrer l'éventuelle innocence de l'accusé et tenter de comprendre comment et pourquoi un crime a été commis à cause de Confucius.

Commentaires sur l'ouvrage (5) :

L'institut Confucius est un lieu dédié au rayonnement de la culture chinoise. D'éminents spécialistes dans des domaines très variés – médecine traditionnelle, mode, culture ou encore chimie – s'y sont installés et font tout leur possible pour montrer la grandeur de la Chine au monde occidental. Malheureusement, l'harmonie est brisée lorsque l'un des scientifiques est retrouvé mort, entre les mains du britannique en charge de l'Institut, Adam Whitetalker. Marlow se voit confier cette enquête des plus délicates, car le moindre faux-pas entraine l'incident diplomatique. C'est pourquoi il préfère faire appel à Higgins.
Ce dernier accepte, à condition de mener l'enquête comme il l'entend. Ce qui ne plait pas beaucoup aux supérieurs hiérarchiques de Scotland Yard, qui semblent attendre une enquête bâclée qui accablera le suspect tout désigné : Adam Whitetalker. Dommage pour eux, Higgins n'est pas là pour leur faire plaisir, mais bien pour découvrir la vérité. Il commence donc à enquêter sans à priori et sans craindre les conséquences diplomatiques d'une telle affaire.
Heureusement d'ailleurs, car cela lui permet de faire face et de tenir tête à des suspects récalcitrants. On s'aperçoit très vite que l'inspecteur et le superintendant mettent les pieds dans un lieu où règnent les faux-semblants, les non-dits et les mensonges. Difficile dans ces conditions de démasquer le coupable. Mais bien évidemment, Higgins ne recule pas devant la difficulté et fera tout pour trouver le meurtrier.
J'ai aimé la touche orientale apportée par ce tome-ci. Mais je dois avouer que le mobile du crime m'a un peu déboussolée. Il est difficile de croire qu'on puisse tuer pour une telle raison… Mais je dois être comme Marlow « toutes ces chinoiseries » – comme il le répète sans cesse – m'embrouillent et me passent par-dessus la tête.
En conclusion, une enquête où Higgins et Marlow naviguent dans une culture totalement différente de la nôtre. Cela permet de découvrir un mode de vie et une façon de penser totalement différents. Cette enquête nous rappelle par ailleurs que certains mobiles sont parfois dérisoires.
N°5 - Déposé par Lady_K le 15/05/2016
Un cluedo à la chinoise mais très british quand même.
Imparable mon cher Higgins !
N°4 - Déposé par florent_garcia le 27/07/2015
Un crime, un coupable idéal, trois témoins l'ayant vu déplacer le corps de la victime… Voici le postulat de départ dans ce nouveau roman policier de Christian Jacq. Higgins, appelé à la rescousse par Marlow afin de mener l'enquête au plus vite et en toute discrétion, se trouve confronté aux membres de l'Institut Confucius qui ne vont pas faciliter la tâche de notre cher Inspecteur… Lors de cette enquête, on plonge dans la culture chinoise : nourriture, comportement, préceptes, économie, us et coutûmes… L'ambiance très particulière due au comportement des membres de l'institut Confucius révèle une enquête très périlleuse à cause du conflit que cela pourrait engendrer entre l'Angleterre et la Chine mais aussi du fait des secrets de chaque suspect. Fausses preuves, alibis montés de toutes pièces…. L'inspecteur Higgins va devoir éclaircir le vrai du faux pour trouver le coupable…
Le crime de Confucius se lit aussi bien et rapidement que les autres enquêtes de l'Inspecteur Higgins déjà parues… de plus, on ne peut que sourire lors de certains passages qui se référent à la vision que les anglais ont envers nous, les français…
Voici encore un bon moment passé avec l'Inspecteur Higgins et son acolyte Marlow.
N°3 - Déposé par delfina le 21/05/2014
L'ex-inspecteur chef Higgins coule une retraite heureuse dans son manoir du Gloucestershire, et goûte aux plaisirs simples de la nature, promenades matinales sous une pluie fine, bien protégé par son Tielocken, communiant de corps et d'esprit avec les animaux de la forêt environnante, avant de rentrer auprès d'un bon feu et savourer un Royal Salute hors d'âge, son chat Trafalgar sur les genoux.
À des lieues de là, près de Londres, l'Institut Confucius est le théâtre de nombreuses activités commerciales et intellectuelles, visant à mieux implanter les valeurs de l'Empire du Milieu au sein de la civilisation britannique. Tout irait pour le mieux si un meurtre n'était commis dans cet institut au coeur de la nuit, mettant ainsi en péril l'union fragile en mouvement entre la Chine et la Grande-Bretagne.
Las ! le Superintendant Marlow va devoir convaincre son ami Higgins, connaisseur de la philosophie asiatique, de rompre sa paisible retraite pour côtoyer les bassesses de l'âme humaine en proie aux instincts les plus vils.
C'est une des meilleures enquêtes que j'ai eu le plaisir de lire, parmi les nouvelles inédites, écrites pour son héros par Christian Jacq, qui prend un plaisir évident à mettre ses pas dans ceux d'Agatha Christie et nous emmener visiter Londres et ses environs afin de confondre le ou les assassins de Wandi Miyuan. Citant tour à tour Lao Tseu et Confucius, c'est un petit voyage au coeur de la philosophie, que nous propose Christian Jacq, égratignant au passage les travers des ”frenchies“.
N°2 - Déposé par Domichel le 03/12/2013
Misère, le cas est inquiétant.
Impossible d'entrer dans cette histoire,on est reçu chez Higgins, Mary sert le thé...
Pour un commencement de l'enquête, il faut vingt pages minimum,vingt pages pour ne rien dire.
Et après?
L'on passe à autre chose.
Pas de temps à perdre avec cet auteur surtout pour les spécialistes de vrais polars.
N°1 - Déposé par AntoineRives le 13/07/2013

Déposer un nouveau commentaire :

Nom : E-mail : (ne s'affichera pas sur le site internet)

  • (Cliquez sur une étoile pour noter l'ouvrage)